Les relations internationales à travers les traductions françaises au siècle de Louis XIV

Les relations internationales  à travers les traductions françaises
au siècle de Louis XIV

les 4 et 5 décembre 2009, à la bibliothèque de Versailles
5, rue de l’indépendance américaine, 78000 Versailles 

Colloque organisé en partenariat avec la Bibliothèque de Versailles

Comité organisateur : 

  • Véronique Alexandre Journeau
  • Annie Cointre
  • Florence Lautel-Ribstein

Comité scientifique : 

  • Comité scientifique de SEPTET
  • Yan-Mai Tran-Gevat (HTLF)

Colloque organisé par SEPTET (Société d’Etudes des Pratiques et Théories en Traduction, université de Strasbourg II) et HTLF (Histoire des Traductions en Langue Française, université de Paris IV-Sorbonne) en partenariat avec la Bibliothèque de Versailles, le vendredi 4 et le samedi 5 décembre 2009

Comme Marie de Médicis en avait déjà conscience en faisant traduire l’Arcadia de Sidney avant de négocier un mariage entre sa fille Henriette-Marie et le futur Charles Ier d’Angleterre, la traduction favorise les relations internationales. Au cours du règne suivant intolérance, notamment religieuse, et volonté d’hégémonie politique ont entraîné hors de leurs frontières un certain nombre de Français très peu versés en langues étrangères. Certains furent encouragés dans leur ignorance par des auteurs comme celui de L’Excellence de la langue française qui, en 1683, dans sa démonstration de l’universalité du français, affirmait qu’à Nimègue tous les ambassadeurs des pays du nord de l’Europe utilisaient le français de préférence au latin dans leurs négociations. D’autres, par contre, pour des raisons pratiques ou intellectuelles apprenaient les langues des pays voisins et commençaient à les traduire pour leurs concitoyens.

Par ailleurs, le rayonnement de Louis XIV et celui de l’empereur de Chine Kangxi (1662-1722) entraînèrent entre les deux pays de fructueux échanges diplomatiques, commerciaux et intellectuels amorcés et développés par les jésuites en Chine.

Simple curiosité, transactions diplomatiques, alliances politiques ou désir d’« appropriation » des découvertes et avancées littéraires et scientifiques de l’étranger, ce colloque permettra d’analyser quelles étaient les motivations des traducteurs et de leurs commanditaires et ce que révèlent les traductions françaises de l’époque sur les opinions des lecteurs et leurs relations avec d’autres pays.

PROGRAMME :

Vendredi 4 décembre 2009

9h00 : Accueil
Présentation du fonds ancien
Marie-Françoise ROSE (Directrice de la Bibliothèque de Versailles)
Introduction du colloque
Florence LAUTEL-RIBSTEIN (SEPTET) et Annie COINTRE (HTLF)
9h30 : « Écrire et traduire en français ou comment prendre l’avantage sur la langue latine » – Monique BOUQUET (Université Rennes II)
10h00 : « Les traductions dans le Mercure Galant : marqueurs des relations de la France avec ses partenaires politiques et culturels » – Samantha FAUBERT ( Le Havre)
Pause (10h30-11h00)
11h00 : « Mentir quant aux Menteurs ? Ruiz de Alarcón et Corneille » – Monique ALLAIN-CASTRILLO (Université de New York et ITEM/CNRS)
11h30 :  « La littérature française au miroir de la littérature espagnole » – Matthieu VERRIER (Université Paris III)
12h00 : « La traduction de l’espagnol au siècle de Louis XIV : le cas de la « nouvelle traduction » du Buscon de Quevedo par Raclot (1699) » – Yen-Maï TRAN-GERVAT (Université Paris III)
12h30 : Discussion de fin de matinée
Déjeuner (13h00-14h30)
14h30 : « La traduction de The New Atalantis de Madame Manley » – Annie COINTRE (Université Paul Verlaine de Metz)
15h00 : « Les relations internationales à travers la 1ère traduction française de The History of the Reformation of the Church of England de Gilbert Burnet » – Florence LAUTEL-RIBSTEIN (Université d’Artois)
15h30 : « Pierre Desmaizeaux, francophone dans la vie intellectuelle anglaise (1700-1740) »  – Ellen Ruth MOERMAN (Londres et Montpellier)
Pause (16h00-16h30)
16h30 :  « L’Amphitryon de Molière de l’autre côté de la Manche : une traduction pas du tout catholique » – Georges Théodore GARNEAU (Université de Hawai)
17h00 : « Traduction des Mémoires d’un ami de Charles II, le cardinal de Rais » – Marie-Christine GARNEAU DE L’ISLE ADAM (Université de Hawai)
17h30 : Discussion de fin de journée
Apéritif musical (à partir de 18h00)

Vendredi 4 décembre 2009

9h30 : « Les débuts des études chinoises à Paris sous le règne de Louis XIV » – Nathalie MONNET (Bibliothèque nationale de France)
10h00 :  « Le corpus de traductions du chinois en français dans la Description de la Chine de J.-B. Du Halde (1735) » – Isabelle LANDRY-DERON (CECMC, EHESS
10h30 : « Les premières traductions du chinois vers le français sous Louis XIV : le cas de l’inscription nestorienne de Si-Ngan-Fou » – Véronique ALEXANDRE JOURNEAU (Réseau Asie-Imasie, CNRS/FMSH)
Pause (11h00-11h30)
11h30 : « Ariadne; Or, The Marriage of Bacchus (1674) ou Ariane ; ou, Le Mariage de Bacchus (1659) : l’acte traductif à travers le prisme de la recontextualisation politique » – Pierre DEGOTT (Université Paul Verlaine de Metz)
12h00 :  « La fortune littéraire de L’Espion turc dans les cours de l’Europe » – Olivia AYME (Université Paris-Nord 13)
12h30 :   Discussion de fin de colloque
Collation du futur (à partir de 13h00)